Découverte, liberté et expression

Commedia dell’arte
19 avril, 2008, 19:55
Classé dans : - - Parcelle de prose,Kaléidoscope

commedia.jpg

Sous la lune ronde s’arquent deux bras, deux jambes, deux corps ; se rejoignent deux âmes  pourtant immobiles. L’une, vêtue d’un noir ardent, propose aux yeux de l’autre la parure rouge de son amour, les délicieuses révolutions de sa passion. L’autre, une fleur sur des cheveux d’ébène, invite et repousse tout à tour, joue au jeux du désir et de l’abandon. Et sous la voûte du ciel absent, fi de la nuit et de l’ombre, dansent deux créatures à l’unisson.
Du regard d’une étoile, tango balancé, tango serré, prélude à la fièvre urgence qui – de son doigt posé léger sur son épaule, de sa main posé collé dans le creux de ses reins, de son souffle court dans son cou, de son parfum chaud sur sa joue – s’emparera bientôt d’eux, n’est que l’illustre illusion d’un temps éternel, que la magie d’une transe où l’infini côtoie l’ordinaire : un pas, un autre, et l’envie, encore. Que la magie d’un corps à corps rythmé d’un commun accord lorsque l’apaisement succède aux pulsations instantanées, précède à d’audacieuses figures, à d’aventureuses rencontres d’un pied contre l’autre ; à la communion d’une seconde et puis d’une autre. Qu’une ensorcelante magie, qui ne dure que l’espace frustré d’une milonga ; et ne s’étend ni aux temps chagrinés ni aux lieux désolés.
Du regard d’une étoile, tango balancé, tango serré, n’annonce que ce tango cris, tango larmes, tango folie, tango jalousie, qui – de son œil enflammé, de son dos cambré, de son talon campé, de son port de brûlante fierté – pointe déjà aux partenaires étourdis de musique, enivrés des insidieuses fragrances de l’amour, égarés par les affres exquises d’une danse d’un soir… Mais chut, car sous la voûte du ciel absent, fi de la nuit et de l’ombre, s’arquent deux bras, deux jambes, deux corps ; se séparent et se rejoignent deux âmes pourtant immobiles ; dansent deux créatures à l’unisson… Alors chut, aux amants improvisés ne révélons ni le mal ni la mort ni la peine, car pour eux seuls s’animent au firmament les brillantes étoiles du tango ; milles visages, milles vérités et milles facéties, comme le bref théâtre de la vie.


8 commentaires
Laisser un commentaire

  1. Minuimivie

    Merci pour cette danse sous la lune. Tendresse, Minuimivie

  2. anjimu

    Oh la la

    Torride dans les tourbillons rouge et noirs de ces corps fous et possedes…Fantastico !!!

    Amicalement
    Anjimu

  3. ... * * ...

    ballet sauvage…
    la lumière y danse!!!…

  4. Ut

    Somptueux d’innocence sensuelle et rythmée; d’amour balbutiant léger et lourd de parfum du futur. Et tout ça dans un présent de musique colorée.
    Merci!

  5. maline

    A Minuimivie, Anjimu, Souela et Ut, merci de votre passage jusqu’ici, de votre regard si précieux sur mes mots…
    Amitiés,
    Maline

  6. virgile07

    Nouveau sur Unblog, je viens de créer mon blog consacré à l’écriture et c’est la raison pour laquelle je me permets de poster ce commentaire sur les articles de cette catégorie. Peut-être ferez-vous une petite visite chez moi, en tout cas, je viendrai régulièrement chez vous. j’ai noté dans ma présentation qu’il était possible de communiquer par la messagerie privée, mais aussi qu’il était possible de publier à plusieurs sur mon blog, ce qui serait une expérience intéressante, bien que je sache qu’il est déjà dificile de publier sur le sien.

  7. maline

    Bonsoir Virgile,
    Merci de ce message…
    Les tourbillons de la vie nous emportent parfois bien au delà de ce que l’on avait imaginé… Et le temps a fait de ce blog un terrain en friche, en attendant le jour prochain où j’y reviendrai…
    Mais je ne manquerai pas d’aller admirer quelques uns des mots d’une plume qui, on le devine, a tant de choses à dire…
    Amicalement,
    Maline

  8. Montiel_Font

    j’adore, c’est extra à lire et plein de finesses… bravo ! A mon tour de vous inviter à visiter mon blog et bonne continuation.

    Catherine.



Laisser un commentaire

Rat(s) de Bibliothèque |
amazighunique |
*libé-LuL* |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mes sens
| Mi corazon
| livre des souvenirs